Bible du Chemin Testament Kardecien ©

Revue spirite — Année V — Septembre 1862

 <<< 


POÉSIES SPIRITES


L’ANGE GARDIEN

(Société spirite africaine. — Médium, mademoiselle O…)

Pauvres humains, qui souffrez en ce monde,

Consolez-vous, séchez vos pleurs.

En vain sur vous la foudre gronde,

Près de vous sont vos défenseurs.

Dieu si bon, ce Dieu votre père,

A tous a voulu vous donner

Un petit ange, un petit frère,

Qui toujours doit vous protéger.

Écoutez notre voix amie.

Oh ! nous voulons vous voir heureux ;

Après les peines de la vie,

Puissions-nous vous conduire aux cieux !

Si vous pouviez nous voir sourire

Aux premiers pas que vous faites enfants ;

Si vos regards, mortels, dans nos yeux pouvaient lire

Notre douleur, quand vous êtes méchants !

Mais écoutez : nous voulons vous instruire,

D’un doux secret, qui vous engage au bien,

Pour vous aussi, le jour doit luire

Où vous serez ange gardien.

Oui, lorsque après votre épreuve dernière

Le Seigneur recevra votre Esprit épuré,

Il vous dira d’aller protéger sur la terre,

Un beau petit enfant qui pour vous sera né.

Aimez-le bien, et que votre assistance,

Pauvre petit, lui prouve chaque jour

De son ange gardien le maternel amour ;

A votre tour, guidez avec constance

L’esprit de votre frère au céleste séjour.


Signé, Ducis


Remarque. — Ce morceau, et un autre d’une certaine étendue et non moins remarquable, intitulé : L’Enfant et l’Athée, que nous insérerons dans notre prochain numéro, ont été publiés dans l’Echo de Sétif W (Algérie), du 31 juillet 1862, qui les fait précéder de la note suivante :

« Un de nos abonnés nous a communiqué les deux pièces de vers ci-après, obtenus par un médium de Constantine Constantine (Algérie) - WikipédiaW dans les premiers jours de ce mois. Sans les donner pour exemptes de reproches, sous le rapport des règles de la versification, nous reproduisons ces vers, parce qu’ils expliquent, en partie du moins, la doctrine spirite qui tend à se répandre de plus en plus sur toute la surface du globe. »

Ce médium paraît avoir la spécialité de la poésie ; il a déjà obtenu un grand nombre de morceaux qu’il écrit avec une incroyable facilité, sans aucune rature, quoiqu’il n’ait aucune notion des règles de la versification. Nous avons vu un des membres de la Société de Constantine en présence duquel ils ont été écrits.



Il y a une image de ce article dans le service Google - Recherche de livres (Revue Spirite 1862).


.

Ouvrir