Bible du Chemin Testament Kardecien ©

Revue spirite — Année V — Octobre 1862

 <<< 


UN ESPRIT PEUT-IL RECULER DEVANT L’ÉPREUVE ?

Une dame de nos amies nous écrit ce qui suit :

« Ma fille eut un jour la communication spontanée suivante d’un Esprit qui commença par signer Éuphrosine Bretel. Ce nom ne nous rappelant personne, nous demandâmes : Qui es-tu ? — R. Je suis un pauvre Esprit en souffrance ; j’ai besoin de prières. Je m’adresse à toi parce que tu m’as connue alors que je n’étais qu’une enfant.

« Nous cherchâmes, et je crus me souvenir que ce nom de famille était celui d’une jeune enfant de neuf à dix ans qui se trouvait dans la même pension que ma fille et qui tomba malade peu de temps après l’arrivée de celle-ci. Son père vint la chercher en voiture, et les enfants conservèrent le souvenir de cette malade tout enveloppée et gémissante ; elle mourut chez elle. La mère, au désespoir, la suivit de près. Le père devint aveugle à force d’avoir pleuré, et mourut dans la même année. Dès que nous crûmes avoir reconnu le nom, l’Esprit écrivit aussitôt :

« C’est moi ; ma dernière existence devait être une terrible épreuve, mais j’ai lâchement reculé, et j’ai toujours souffert depuis ce temps. Je t’en prie, demande à Dieu de m’accorder la grâce d’une nouvelle épreuve ; quelque dure qu’elle soit, je m’y soumettrai ; je suis si malheureuse ! J’aime mon père et ma mère, et ils ont horreur de moi ; ils me fuient, et c’est là mon châtiment que de les rechercher sans cesse pour me voir repoussée. Je suis venue à toi parce que mon souvenir n’est pas entièrement effacé de ta mémoire ; et que seule de ceux qui peuvent prier en particulier pour moi tu connais le Spiritisme. Adieu, ne m’oublie pas, bientôt nous nous reverrons. »

« Ma fille lui dit alors en plaisantant : « Dois-je donc mourir bientôt ? » Ce à quoi l’Esprit répond : « Le temps qui pour vous est long, ne se mesure pas pour nous. » — Nous avons depuis vérifié le prénom et le nom de famille, qui sont parfaitement exacts.

« Maintenant je me demande s’il est possible qu’un Esprit incarné puisse reculer devant l’épreuve commencée. »


A cette question nous répondons : Oui, les Esprits reculent souvent devant les épreuves qu’ils ont choisies et qu’ils n’ont pas le courage non-seulement de supporter, mais même d’affronter quand ils voient le moment venu ; c’est la cause de la plupart des suicides. Ils reculent encore quand ils murmurent et se désespèrent, et alors ils perdent le bénéfice de l’épreuve. Voilà pourquoi le Spiritisme, en faisant connaître la cause, le but et les conséquences des tribulations de la vie, donne à la fois tant de consolations et de courage, et détourne de la pensée d’abréger ses jours. Quelle est la philosophie qui a produit sur les hommes un pareil résultat ?



Il y a une image de ce article dans le service Google - Recherche de livres (Revue Spirite 1862).


.

Ouvrir