Bible du Chemin Testament Kardecien ©

Revue spirite — Année V — Avril 1862

 <<< 


RÉPONSES À LA QUESTION DES

ANGES DÉCHUS

Remarque. — Nous avons reçu de divers côtés des réponses à toutes les questions proposées dans le numéro de janvier dernier [v. Contrôle de l’Enseignement Spirite]. Leur étendue ne nous permet pas de les publier toutes simultanément ; nous nous bornons aujourd’hui à la question des anges rebelles.


1 (Bordeaux.  †  — Médium, madame Cazemajoux.)

Mes amis, la théorie contenue dans le résumé que vous venez de lire [Essai sur l’interprétation de la doctrine des anges déchus] est la plus logique et la plus rationnelle. La saine raison ne peut admettre la création d’Esprits purs et parfaits se révoltant contre Dieu et cherchant à l’égaler en puissance, en majesté, en grandeur.

Avant d’arriver à la perfection, l’Esprit ignorant et faible, laissé à son libre arbitre, se livre trop souvent à la corruption, et se plonge à plaisir dans l’océan de l’iniquité ; mais ce qui cause surtout sa perte, c’est l’orgueil. Il nie Dieu, attribue au hasard son existence, les merveilles de la création et l’harmonie universelle. Alors malheur à lui ! c’est un ange déchu. Au lieu d’avancer dans les mondes heureux, il est même exilé de la planète qu’il habite pour aller expier dans les mondes inférieurs sa rébellion incessante contre Dieu.

Gardez-vous, frères, de les imiter : ce sont les anges pervers ; faites tous vos efforts pour ne pas en augmenter le nombre ; que le flambeau de la foi spirite vous éclaire sur vos devoirs présents et sur vos intérêts futurs, afin que vous puissiez un jour éviter le sort des Esprits rebelles, et gravir l’échelle spirituelle qui mène à la perfection.

Vos Guides Spirituels


2 (La Haye  †  (Hollande). — Médium, M. le baron de Kock.)

Sur cet article je n’ai que très peu de mots à dire, sinon qu’il est sublime de vérité ; il n’y a rien à ajouter, rien à retrancher ; bienheureux ceux qui ajouteront foi à ces belles paroles, ceux qui accepteront cette doctrine écrite par Kardec. Kardec est l’homme élu de Dieu pour l’instruction de l’homme d’à présent ; ce sont des paroles inspirées par des Esprits du bien, des Esprits très supérieurs. Ajoutez-y foi ; lisez, étudiez toute cette doctrine : c’est un bon conseil que je vous donne.

Votre Guide Protecteur


3 (Sens.  †  — Médium, M. Pichon.)

Dem. Que devons-nous penser de l’interprétation de la doctrine des anges déchus que M. Kardec a publiée dans le dernier numéro de la Revue spirite ? — Rép. Qu’elle est parfaitement rationnelle et que nous ne l’aurions pas mieux expliquée nous-mêmes.

Arago


4 (Paris.  †  Communication particulière. — Médium, mademoiselle Stéphanie.)

C’est bien défini, mais, il faut être franc, je ne trouve qu’une chose qui me contrarie : pourquoi parler de ce dogme de l’Immaculée Conception ? Avez-vous eu des révélations concernant la Mère du Christ ? Laissez ces discussions à l’Église catholique. Je regrette d’autant plus cette comparaison, que les prêtres croiront et diront que vous voulez leur faire la cour.

Un Esprit

ami sincère du médium et du directeur de la Revue Spirite.


5 (Lyon.  †  — Médium, madame Bouillant.)

Autrefois nous croyions que les anges, après avoir habité le monde le plus radieux, s’étaient révoltés contre Dieu, et avaient mérité d’être chassés de l’Eden que Dieu leur avait donné comme demeure. Nous avons chanté leur chute et leur faiblesse, et, croyant à cette fable du Paradis perdu, nous l’avons brodée de toutes les fleurs de rhétorique que nous connaissions. C’était pour nous un thème qui nous offrait un charme particulier. Ce premier homme et cette première femme chassés de leur oasis, condamnés à vivre sur terre, en proie à tous les maux qui viennent assiéger l’humanité, c’était pour l’auteur une grande ressource pour étendre ses idées, et le sujet surtout se prêtait parfaitement à nos idées mélancoliques ; comme les autres, nous avons accrédité l’erreur, et nous avons ajouté notre parole à toutes celles qui avaient déjà été prononcées. Mais à présent que notre existence dans l’espace nous a permis de juger les choses à leur véritable point de vue ; à présent que nous pouvons comprendre combien il était absurde d’admettre que l’Esprit, arrivé à son plus grand degré de pureté, pouvait rétrograder tout à coup, se révolter contre son Créateur et entrer en lutte avec lui ; à présent que nous pouvons juger par combien de creusets il faut que la liqueur se filtre pour arriver à s’épurer au point de devenir essence et quintessence, nous sommes en état de vous dire ce que sont les anges déchus, et ce que vous devez croire du Paradis perdu.

Dieu, dans son immuable loi du progrès, veut que les hommes avancent, et avancent sans cesse, de siècle en siècle, à des époques déterminées par lui. Quand la majorité des êtres qui habitent la terre est devenue trop supérieure pour la partie terrestre qu’elle occupe, Dieu ordonne alors une émigration d’Esprits, et ceux qui ont accompli leur mission avec conscience vont habiter des régions qui leur sont assignées ; mais l’Esprit récalcitrant ou paresseux qui vient faire ombre au tableau, celui-là est obligé de rester en arrière, et dans cette épuration de l’Esprit il est rejeté comme font les chimistes des matières qui n’ont pas passé par la filtration ; alors l’Esprit se trouve en contact avec d’autres Esprits qui lui sont inférieurs, et il souffre réellement de la contrainte qui lui est imposée.

Il se souvient intuitivement du bonheur dont il jouissait, et se trouve au milieu de ses égaux comme une fleur exotique qui serait brusquement transplantée dans un champ inculte. Cet Esprit se révolte en comprenant sa supériorité ; il cherche à dominer ceux qui l’entourent, et cette révolte, cette lutte contre lui-même, tourne aussi vers le Créateur qui lui a donné l’existence, et qu’il méconnaît. Si ses pensées peuvent se développer, il répandra le trop-plein de son cœur en récriminations amères comme le condamné dans sa prison, et il souffrira cruellement jusqu’à ce qu’il ait expié la paresse et l’égoïsme qui l’ont empêché de suivre ses frères. Voilà, mes amis, quels sont les anges déchus et pourquoi ils regrettent tous leur paradis. Tâchez donc, à votre tour, de vous hâter pour ne pas être abandonnés quand sonnera le signal du retour ; rappelez-vous tout ce que vous vous devez à vous-mêmes ; dites-vous bien que vous êtes vous, et que vous avez votre libre arbitre. Cette personnalité de l’Esprit vous explique pourquoi le fils d’un homme savant est souvent un idiot, et pourquoi l’intelligence ne peut pas se transformer en majorat.  †  Un grand homme pourra bien donner à sa progéniture le galbe de sa figure, mais il ne lui transmettra jamais son génie, et vous pouvez être certains que tous les génies qui sont venus déployer leurs talents parmi vous étaient bien les enfants de leurs œuvres, car, ainsi que l’a dit un homme très savant : « C’est que les mères des Patay, des Letronne   †  et du vaste Arago ont créé ces grands hommes très innocemment. » Non, mon ami, la mère qui donne naissance à un talent illustre n’est pour rien dans l’Esprit qui anime son enfant : cet Esprit était déjà très avancé quand il est venu se réincarner dans le creuset de l’épuration. Gravissez donc ces degrés de l’échelle ; degrés lumineux et brillants comme des soleils, puisque Dieu les éclaire de sa splendide lumière ; et rappelez-vous que maintenant que vous connaissez la route, vous seriez bien coupables si vous deveniez des anges déchus ; du reste, je ne crois pas que personne oserait vous plaindre et vous chanter encore le Paradis perdu.  † 

Milton


6 (Francfort.  †  — Médium, madame Delton.)

Je ne dirai rien autre sur cette interprétation des anges rebelles et des anges déchus, sinon qu’elle fait partie des enseignements qui doivent vous être donnés afin d’assigner aux choses mal comprises leur véritable sens. Ne croyez pas que l’auteur de cet article l’ait écrit sans assistance, comme il se l’est figuré lui-même ; il a cru émettre ses propres idées et c’est pour cela qu’il s’en est défié, tandis qu’en réalité il n’a fait que donner une forme à celles qui lui étaient inspirées.

Oui, il est dans le vrai quand il dit que les anges rebelles sont encore sur la terre, et que ce sont les matérialistes et les impies, ceux qui osent nier la puissance de Dieu ; n’est-ce pas là le comble de l’orgueil ? Vous tous qui croyez en Dieu et chantez ses louanges, vous vous indignez d’une telle audace de la créature, et vous avez raison ; mais sondez votre conscience, et voyez si vous n’êtes pas vous-mêmes à chaque instant en révolte contre lui par l’oubli de ses plus saintes lois. Pratiquez-vous l’humilité, vous qui croyez à la supériorité de votre mérite ; qui vous glorifiez des dons que vous avez reçus ; qui voyez avec envie et jalousie le rang de votre voisin, les faveurs qui lui échoient, l’autorité qui lui est concédée ? Pratiquez-vous la charité, vous qui dénigrez votre frère ; qui répandez sur lui la médisance et la calomnie ; qui au lieu de jeter un voile sur ses défauts prenez plaisir à les étaler au grand jour afin de le rabaisser ? Vous qui croyez en Dieu, vous surtout, Spirites, et qui agissez ainsi, je vous le dis en vérité, vous êtes plus coupables que l’athée et le matérialiste, car vous avez la lumière et vous ne voyez pas. Oui, vous êtes aussi des anges rebelles, car vous n’obéissez pas à la loi de Dieu, et au grand jour Dieu vous dira : « Qu’avez-vous fait de mes enseignements ? »

Paul, Esprit protecteur



Il y a une image de ce article dans le service Google - Recherche de livres (Revue Spirite 1862).


.

Ouvrir