Bible du Chemin Testament Kardecien ©

Le Livre des Esprits — Livre III

 <<< 


Chapitre IV


III. LOI DE REPRODUCTION

1. Population du globe (686, 687)2. Succession et perfectionnement des races (688-692) — 3. Obstacles à la reproduction (693, 694) — 4. Mariage et célibat (695-699) — 5. Polygamie (700, 701)


Population du globe.


686 La reproduction des êtres vivants est-elle une loi de nature ?

1 « Cela est évident ; 2 sans la reproduction, le monde corporel périrait. »


687 Si la population suit toujours la progression croissante que nous voyons, arrivera-t-il un moment où elle sera exubérante sur la terre ?

1 « Non ; Dieu y pourvoit et maintient toujours l’équilibre ; il ne fait rien d’inutile ; 2 l’homme qui ne voit qu’un coin du tableau de la nature ne peut juger de l’harmonie de l’ensemble. »


Succession et perfectionnement des races.


688 Il y a en ce moment des races humaines qui diminuent évidemment ; arrivera-t-il un moment où elles auront disparu de dessus la terre ?

« C’est vrai ; mais c’est que d’autres ont pris leur place, comme d’autres prendront la vôtre un jour. »


689 Les hommes actuels sont-ils une nouvelle création ou les descendants perfectionnés des êtres primitifs ?

1 « Ce sont les mêmes Esprits qui sont revenus se perfectionner dans de nouveaux corps, mais qui sont encore loin de la perfection. 2 Ainsi, la race humaine actuelle qui, par son augmentation, tend à envahir toute la terre et à remplacer les races qui s’éteignent, aura sa période de décroissance et de disparition. D’autres races plus perfectionnées la remplaceront, qui descendront de la race actuelle, comme les hommes civilisés d’aujourd’hui descendent des êtres bruts et sauvages des temps primitifs. »


690 Au point de vue purement physique, les corps de la race actuelle sont-ils une création spéciale, ou procèdent-ils des corps primitifs par voie de reproduction ?

« L’origine des races se perd dans la nuit des temps ; mais comme elles appartiennent toutes à la grande famille humaine, quelle que soit la souche primitive de chacune, elles ont pu s’allier entre elles et produire des types nouveaux. »


691 Quel est, au point de vue physique, le caractère distinctif et dominant des races primitives ?

1 « Développement de la force brutale aux dépens de la force intellectuelle ; 2 maintenant c’est le contraire : l’homme fait plus par l’intelligence que par la force du corps, et pourtant il fait cent fois plus, parce qu’il a su mettre à profit les forces de la nature, ce que ne font pas les animaux. »


692 Le perfectionnement des races animales et végétales par la science est-il contraire à la loi de nature ? Serait-il plus conforme à cette loi de laisser les choses suivre leur cours normal ?

1 « On doit tout faire pour arriver à la perfection, et l’homme lui-même est un instrument dont Dieu se sert pour arriver à ses fins. 2 La perfection étant le but auquel tend la nature, c’est répondre à ses vues que favoriser cette perfection. »


a — Mais l’homme n’est généralement mû dans ses efforts pour l’amélioration des races que par un sentiment personnel et n’a d’autre but que l’augmentation de ses jouissances ; cela ne diminue-t-il pas son mérite ?

1 « Qu’importe que son mérite soit nul, pourvu que le progrès se fasse ? 2 C’est à lui de rendre son travail méritoire par l’intention. 3 D’ailleurs, par ce travail il exerce et développe son intelligence, et c’est sous ce rapport qu’il en profite le plus. »


Obstacles à la reproduction.


693 Les lois et les coutumes humaines qui ont pour but ou pour effet d’apporter des obstacles à la reproduction sont-elles contraires à la loi de nature ?

« Tout ce qui entrave la nature dans sa marche est contraire à la loi générale. »


a — Cependant, il y a des espèces d’êtres vivants, animaux et plantes, dont la reproduction indéfinie serait nuisible à d’autres espèces et dont l’homme lui-même serait bientôt la victime ; commet-il un acte répréhensible en arrêtant cette reproduction ?

1 « Dieu a donné à l’homme sur tous les êtres vivants un pouvoir dont il doit user pour le bien, mais non abuser. Il peut régler la reproduction selon les besoins ; il ne doit pas l’entraver sans nécessité. 2 L’action intelligente de l’homme est un contrepoids établi par Dieu pour ramener l’équilibre entre les forces de la nature, et c’est encore ce qui le distingue des animaux, parce qu’il le fait avec connaissance de cause ; 3 mais les animaux eux-mêmes concourent aussi à cet équilibre, car l’instinct de destruction qui leur a été donné fait que, tout en pourvoyant à leur propre conservation, ils arrêtent le développement excessif, et peut-être dangereux, des espèces animales et végétales dont ils se nourrissent. » [357]


694 Que faut-il penser des usages qui ont pour effet d’arrêter la reproduction en vue de satisfaire la sensualité ?

« Cela prouve la prédominance du corps sur l’âme, et combien l’homme est dans la matière. »


Mariage et célibat.


695 Le mariage, c’est-à-dire l’union permanente de deux êtres, est-il contraire à la loi de nature ?

« C’est un progrès dans la marche de l’humanité. »


696 Quel serait l’effet de l’abolition du mariage sur la société humaine ?

1 « Le retour à la vie des bêtes. »


2 L’union libre et fortuite des sexes est l’état de nature. 3 Le mariage est un des premiers actes de progrès dans les sociétés humaines, parce qu’il établit la solidarité fraternelle et se retrouve chez tous les peuples, quoique dans des conditions diverses. 4 L’abolition du mariage serait donc le retour à l’enfance de l’humanité, et placerait l’homme au-dessous même de certains animaux qui lui donnent l’exemple d’unions constantes.


697 L’indissolubilité absolue du mariage est-elle dans la loi de nature ou seulement dans la loi humaine ?

1 « C’est une loi humaine très contraire à la loi de nature. 2 Mais les hommes peuvent changer leurs lois : celles de la nature sont seules immuables. »


698 Le célibat volontaire est-il un état de perfection méritoire aux yeux de Dieu ?

« Non, et ceux qui vivent ainsi par égoïsme déplaisent à Dieu et trompent tout le monde. »


699 Le célibat n’est-il pas de la part de certaines personnes un sacrifice dans le but de se vouer plus entièrement au service de l’humanité ?

1 « Cela est bien différent ; j’ai dit : par égoïsme [voir résponse antérieur]. 2 Tout sacrifice personnel est méritoire quand c’est pour le bien ; plus le sacrifice est grand, plus le mérite est grand. »


3 Dieu ne peut se contredire, ni trouver mauvais ce qu’il a fait ; il ne peut donc voir un mérite dans la violation de sa loi ; 4 mais si le célibat, par lui-même, n’est pas un état méritoire, il n’en est pas de même lorsqu’il constitue, par la renonciation aux joies de la famille, un sacrifice accompli au profit de l’humanité. 5 Tout sacrifice personnel en vue du bien, et sans arrière-pensée d’égoïsme, élève l’homme au-dessus de sa condition matérielle.


Polygamie.


700 L’égalité numérique qui existe à peu de chose près entre les sexes, est-elle un indice de la proportion selon laquelle ils doivent être unis ?

« Oui, car tout a un but dans la nature. »


701 Laquelle des deux, de la polygamie ou de la monogamie, est la plus conforme à la loi de nature ?

1 « La polygamie est une loi humaine dont l’abolition marque un progrès social. 2 Le mariage, selon les vues de Dieu, doit être fondé sur l’affection des êtres qui s’unissent. 3 Avec la polygamie, il n’y a pas d’affection réelle : il n’y a que sensualité. »


4 Si la polygamie était selon la loi de nature, elle devrait pouvoir être universelle, ce qui serait matériellement impossible, vu l’égalité numérique des sexes.

5 La polygamie doit être considérée comme un usage, ou une législation particulière appropriée à certaines mœurs, et que le perfectionnement social fait peu à peu disparaître.



Il y a deux images de ce chapitre dans le service Google - Recherche de livres (Deuxième édition - 1860) et (Quatorzième édition - 1866)


.

Ouvrir