Testament Kardecien - L’Évangile - Chapitre 28 - RECUEIL DE PRIÈRES SPIRITES - PRIÈRES POUR AUTRUI

Bible du Chemin Testament Kardecien ©

L’Évangile

 <<< 


Chapitre XXVIII


RECUEIL DE PRIÈRES SPIRITES


(I)   (II)   (III)   (IV)   (V)

III. PRIÈRES POUR AUTRUI

Pour quelqu’un qui est dans l’affliction. (42, 43) — Action de grâces pour un bienfait accordé à autrui. (44, 45) — Pour nos ennemis et ceux qui nous veulent du mal. (46, 47) — Action de grâces pour le bien accordé à nos ennemis. (48, 49) — Pour les ennemis du Spiritisme. (50-52) — Prière pour un enfant qui vient de naître. (53-56) — Pour un agonisant. (57, 58)


Pour quelqu’un qui est dans l’affliction.


42 S’il est dans l’intérêt de l’affligé que son épreuve suive son cours, elle ne sera pas abrégée à notre demande ; mais ce serait faire acte d’impiété si l’on se décourageait parce que la demande n’est pas exaucée ; d’ailleurs, à défaut de cessation de l’épreuve, on peut espérer obtenir quelque autre consolation qui en tempère l’amertume. 2 Ce qui est véritablement utile pour celui qui est dans la peine, c’est le courage et la résignation, sans lesquels ce qu’il endure est sans profit pour lui, parce qu’il sera obligé de recommencer l’épreuve. 3 C’est donc vers ce but qu’il faut surtout diriger ses efforts, soit en appelant les bons Esprits à son aide, soit en remontant soi-même le moral de l’affligé par des conseils et des encouragements, soit enfin en l’assistant matériellement, si cela se peut. 4 La prière, dans ce cas, peut en outre avoir un effet direct, en dirigeant sur la personne un courant fluidique en vue de fortifier son moral. (Ch. V, n°5, 27 ; ch. XXVII, n° 6, 10)


43 PRIÈRE. — Mon Dieu, dont la bonté est infinie, daignez adoucir l’amertume de la position de N…, si telle peut être votre volonté.

2 Bons Esprits, au nom de Dieu Tout-Puissant, je vous supplie de l’assister dans ses afflictions. Si, dans son intérêt, elles ne peuvent lui être épargnées, faites-lui comprendre qu’elles sont nécessaires à son avancement. Donnez-lui la confiance en Dieu et en l’avenir qui les lui rendra moins amères. 3 Donnez-lui aussi la force de ne pas succomber au désespoir qui lui en ferait perdre le fruit et rendrait sa position future encore plus pénible. Conduisez ma pensée vers lui, et qu’elle aide à soutenir son courage.


Action de grâces pour un bienfait accordé à autrui.


44 PRÉFACE. Celui qui n’est pas dominé par l’égoïsme se réjouit du bien qui arrive à son prochain, alors même qu’il ne l’aurait pas sollicité par la prière.


45 PRIÈRE. — Mon Dieu, soyez béni pour le bonheur qui est arrivé à N…

2 Bons Esprits, faites qu’il y voie un effet de la bonté de Dieu. Si le bien qui lui arrive est une épreuve, inspirez-lui la pensée d’en faire un bon usage et de ne pas en tirer vanité, afin que ce bien ne tourne pas à son préjudice pour l’avenir.

3 Vous, mon bon génie qui me protégez et désirez mon bonheur, écartez de ma pensée tout sentiment d’envie et de jalousie.


Pour nos ennemis et ceux qui nous veulent du mal.


46 PRÉFACE. Jésus a dit : Aimez même vos ennemis. Cette maxime est le sublime de la charité chrétienne ; 2 mais par là Jésus n’entend point que nous devons avoir pour nos ennemis la tendresse que nous avons pour nos amis ; il nous dit par Ces paroles d’oublier leurs offenses, de leur pardonner le mal qu’ils nous font, de leur rendre le bien pour le mal. 3 Outre le mérite qui en résulte aux yeux de Dieu, c’est montrer aux yeux des hommes la véritable supériorité. (Ch. XII, n°3, 4.)


47 PRIÈRE. — Mon Dieu, je pardonne à N… le mal qu’il m’a fait et celui qu’il a voulu me faire, comme je désire que vous me pardonniez et qu’il me pardonne lui-même les torts que je puis avoir. 2 Si vous l’avez placé sur ma route comme une épreuve, que votre volonté soit faite.

3 Détournez de moi, ô mon Dieu, l’idée de le maudire et tout souhait malveillant contre lui.  4 Faites que je n’éprouve aucune joie des malheurs qui pourraient lui arriver, ni aucune peine des biens qui pourront lui être accordés, afin de ne point souiller mon âme par des pensées indignes d’un chrétien.

5 Puisse votre bonté, Seigneur, en s’étendant sur lui, le ramener à de meilleurs sentiments envers moi !

6 Bons Esprits, inspirez-moi l’oubli du mal et le souvenir du bien. 7 Que ni la haine, ni la rancune, ni le désir de lui rendre le mal pour le mal n’entrent dans mon cœur, car la haine et la vengeance n’appartiennent qu’aux mauvais Esprits incarnés et désincarnés ! 8 Que je sois prêt, au contraire, à lui tendre une main fraternelle, à lui rendre le bien pour le mal, et à lui venir en aide si cela est en mon pouvoir !

9 Je désire, pour éprouver la sincérité de mes paroles, que l’occasion me soit offerte de lui être utile ; mais surtout, ô mon Dieu, préservez-moi de le faire par orgueil ou ostentation, en l’accablant par une générosité humiliante, ce qui me ferait perdre le fruit de mon action, car alors je mériterais que cette parole du Christ me fût appliquée : Vous avez déjà reçu votre récompense. (Ch. XIII, n°1 et suivants.)


Action de grâces pour le bien accordé à nos ennemis.


48 PRÉFACE. Ne point souhaiter de mal à ses ennemis, c’est n’être charitable qu’à moitié ; la vraie charité veut que nous leur souhaitions du bien, et que nous soyons heureux de celui qui leur arrive. (Ch. XII, n° 7, 8.)


49 PRIÈRE. — Mon Dieu, dans votre justice, vous avez cru devoir réjouir le cœur de N… Je vous en remercie pour lui, malgré le mal qu’il m’a fait ou qu’il a cherché à me faire. 2 S’il en profitait pour m’humilier, je l’accepterais comme une épreuve pour ma charité.

3 Bons Esprits qui me protégez, ne permettez pas que j’en conçoive aucun regret ; détournez de moi l’envie et la jalousie qui abaissent ; inspirez-moi, au contraire, la générosité qui élève. 4 L’humiliation est dans le mal et non dans le bien, et nous savons que, tôt ou tard, justice sera rendue à chacun selon ses œuvres.


Pour les ennemis du Spiritisme.


50 Bienheureux ceux qui sont affamés de justice, parce qu’ils seront rassasiés.

Bienheureux ceux qui souffrent persécution pour la justice, parce que le royaume des cieux est à eux.

Vous serez heureux lorsque les hommes vous chargeront de malédictions, et qu’ils vous persécuteront, et qu’ils diront faussement toutes sortes de mal contre vous à cause de moi. — Réjouissez-vous alors, parce qu’une grande récompense vous est réservée dans les cieux, car c’est ainsi qu’ils ont persécuté les prophètes qui ont été avant vous. (Saint Matthieu, ch. V, v. 6, 10, 11, 12.)

Ne craignez point ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l’âme ; mais craignez plutôt celui qui peut perdre l’âme et le corps dans l’enfer. (Saint Matthieu, ch. X, v. 28.)


51 PRÉFACE. De toutes les libertés, la plus inviolable est celle de penser, qui comprend aussi la liberté de conscience. 2 Jeter l’anathème à ceux qui ne pensent pas comme nous, c’est réclamer cette liberté pour soi et la refuser aux autres, c’est violer le premier commandement de Jésus : la charité et l’amour du prochain. 3 Les persécuter pour leur croyance, c’est attenter au droit le plus sacré qu’a tout homme de croire à ce qui lui convient, et d’adorer Dieu comme il l’entend. 4 Les contraindre à des actes extérieurs semblables aux nôtres, c’est montrer qu’on tient plus à la forme qu’au fond, aux apparences qu’à la conviction. 5 L’abjuration forcée n’a jamais donné la foi : elle ne peut faire que des hypocrites ; c’est un abus de la force matérielle qui ne prouve pas la vérité ; 6 la vérité est sûre d’elle-même : elle convainc et ne persécute pas, parce qu’elle n’en a pas besoin.

7 Le Spiritisme est une opinion, une croyance ; fût-il même une religion, pourquoi n’aurait-on pas la liberté de se dire spirite comme on a celle de se dire catholique, juif ou protestant, partisan de telle ou telle doctrine philosophique, de tel ou tel système économique ? 8 Cette croyance est fausse ou elle est vraie ; si elle est fausse, elle tombera d’elle-même, parce que l’erreur ne peut prévaloir contre la vérité quand la lumière se fait dans les intelligences ; si elle est vraie, la persécution ne la rendra pas fausse.

9 La persécution est le baptême de toute idée nouvelle grande et juste ; elle croît avec la grandeur et l’importance de l’idée.  10 L’acharnement et la colère des ennemis de l’idée est en raison de la crainte qu’elle leur inspire. 11 C’est pour cette raison que le Christianisme fut persécuté jadis et que le Spiritisme l’est aujourd’hui, avec cette différence, toutefois, que le Christianisme le fut par les Païens, tandis que le Spiritisme l’est par des Chrétiens. 12 Le temps des persécutions sanglantes est passé, il est vrai, mais si on ne tue plus le corps, on torture l’âme ; 13 on l’attaque jusque dans ses sentiments les plus intimes, dans ses affections les plus chères ; on divise les familles, on excite la mère contre la fille, la femme contre le mari ; 14 on attaque même le corps dans ses besoins matériels en lui ôtant son gagne-pain pour le prendre par la famine. (Ch. XXIII, n°9 et suivants.) [v. Persécutions]

15 Spirites, ne vous affligez point des coups qu’on vous porte, car ils prouvent que vous êtes dans la vérité, sans cela on vous laisserait tranquilles, et l’on ne vous frapperait pas. 16 C’est une épreuve pour votre foi, car c’est à votre courage, à votre résignation, à votre persévérance que Dieu vous reconnaîtra parmi ses fidèles serviteurs, dont il fait aujourd’hui le dénombrement pour faire à chacun la part qui lui revient selon ses œuvres.

17 À l’exemple des premiers Chrétiens, soyez donc fiers de porter votre croix. Croyez en la parole du Christ, qui a dit : « Bienheureux ceux qui souffrent persécution pour la justice, parce que le royaume des cieux est à eux. Ne craignez point ceux qui tuent le corps, mais ne peuvent tuer l’âme. »  18 Il a dit aussi : « Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous font du mal, et priez pour ceux qui vous persécutent. » Montrez que vous êtes ses véritables disciples, et que votre doctrine est bonne en faisant ce qu’il dit et ce qu’il a fait lui-même.

19 La persécution n’aura qu’un temps ; attendez donc patiemment le lever de l’aurore, car déjà l’étoile du matin se montre à l’horizon. (Ch. XXIV, n°13 et suivants.)


52 PRIÈRE. — Seigneur, vous nous avez fait dire par la bouche de Jésus, votre Messie : « Bienheureux ceux qui souffrent persécution pour la justice ; pardonnez à vos ennemis ; priez pour ceux qui vous persécutent ; » et lui-même nous a montré le chemin en priant pour ses bourreaux.

2 À son exemple, mon Dieu, nous appelons votre miséricorde sur ceux qui méconnaissent vos divins préceptes, les seuls qui puissent assurer la paix en ce monde et en l’autre. Comme Christ, nous vous disons : « Pardonnez-leur, mon père, car ils ne savent ce qu’ils font. »

3 Donnez-nous la force de supporter avec patience et résignation, comme des épreuves pour notre foi et notre humilité, leurs railleries, leurs injures, leurs calomnies et leurs persécutions ; 4 détournez-nous de toute pensée de représailles, car l’heure de votre justice sonnera pour tous, et nous l’attendons en nous soumettant à votre sainte volonté.


Prière pour un enfant qui vient de naître.


53 PRÉFACE. Les Esprits n’arrivent à la perfection qu’après avoir passé par les épreuves de la vie corporelle ; 2 ceux qui sont errants attendent que Dieu leur permette de reprendre une existence qui doit leur fournir un moyen d’avancement, soit par l’expiation de leurs fautes passées au moyen des vicissitudes auxquelles ils sont soumis, soit en remplissant une mission utile à l’humanité. 3 Leur avancement et leur bonheur futur seront proportionnés à la manière dont ils auront employé le temps qu’ils doivent passer sur la terre. 4 La charge de guider leurs premiers pas, et de les diriger vers le bien, est confiée à leurs parents, qui répondront devant Dieu de la manière dont ils auront accompli leur mandat. 5 C’est pour en faciliter l’exécution que Dieu a fait de l’amour paternel et de l’amour filial une loi de la nature, loi qui n’est jamais violée impunément.


54 PRIÈRE. (Par les parents.) — Esprit qui s’est incarné dans le corps de notre enfant, sois le bienvenu parmi nous. 2 Dieu Tout-Puissant qui l’avez envoyé, soyez béni.

C’est un dépôt qui nous est confié et dont nous devrons compte un jour. 3 S’il appartient à la nouvelle génération des bons Esprits qui doivent peupler la terre, merci, ô mon Dieu, de cette faveur ! 4 Si c’est une âme imparfaite, notre devoir est de l’aider à progresser dans la voie du bien par nos conseils et par nos bons exemples ; s’il tombe dans le mal par notre faute, nous en répondrons devant vous, car nous n’aurons pas accompli notre mission envers lui.

5 Seigneur, soutenez-nous dans notre tâche, et donnez-nous la force et la volonté de la remplir. Si cet enfant doit être un sujet d’épreuves pour nous, que votre volonté soit faite !

6 Bons Esprits qui êtes venus présider à sa naissance et qui devez l’accompagner pendant la vie, ne l’abandonnez pas. Ecartez de lui les mauvais Esprits qui tenteraient de l’induire au mal ; donnez-lui la force de résister à leurs suggestions, et le courage de subir avec patience et résignation les épreuves qui l’attendent sur la terre. (Ch. XIV, n° 9)


55 Autre. — Mon Dieu, vous m’avez confié le sort d’un de vos Esprits ; faites, Seigneur, que je sois digne de la tâche qui m’est imposée ; accordez-moi votre protection ; éclairez mon intelligence, afin que je puisse discerner de bonne heure les tendances de celui que je dois préparer à entrer dans votre paix.


56 Autre. — Dieu très bon, puisqu’il t’a plu de permettre à l’Esprit de cet enfant de venir de nouveau subir les épreuves terrestres destinées à le faire progresser, donne-lui la lumière, afin qu’il apprenne à te connaître, à t’aimer et à t’adorer. 2 Fais, par ta toute-puissance, que cette âme se régénère à la source de tes divines instructions, 3 que, sous l’égide de son ange gardien, son intelligence grandisse, se développe et le fasse aspirer à se rapprocher de plus en plus de toi ; 4 que la science du Spiritisme soit la brillante lumière qui l’éclaire à travers les écueils de la vie ; 5 qu’il sache enfin apprécier toute l’étendue de ton amour qui nous éprouve pour nous purifier.

6 Seigneur, jette un regard paternel sur la famille à laquelle tu as confié cette âme ; puisse-t-elle comprendre l’importance de sa mission, et faire germer en cet enfant les bonnes semences jusqu’au jour où il pourra, par ses propres aspirations, s’élever seul vers toi.

7 Daigne, ô mon Dieu, exaucer cette humble prière au nom et par les mérites de Celui qui a dit : « Laissez venir à moi les petits enfants, car le royaume des cieux est à ceux qui leur ressemblent. »


Pour un agonisant.


57 PRÉFACE. L’agonie est le prélude de la séparation de l’âme et du corps ; on peut dire qu’à ce moment l’homme n’a plus qu’un pied en ce monde, et qu’il en a déjà un dans l’autre. 2 Ce passage est quelquefois pénible pour ceux qui tiennent à la matière et ont plus vécu pour les biens de ce monde que pour ceux de l’autre, ou dont la conscience est agitée par les regrets et les remords ; 3 pour ceux, au contraire, dont les pensées se sont élevées vers l’infini, et se sont détachées de la matière, les liens sont moins difficiles à rompre, et les derniers moments n’ont rien de douloureux ; l’âme alors ne tient au corps que par un fil, tandis que, dans l’autre position, elle y tient par de profondes racines ; 4 dans tous les cas la prière exerce une action puissante sur le travail de la séparation. (V. ci-après, Prières pour les malades. — Ciel et Enfer, 2° part., ch. I, Le passage)


58 PRIÈRE. — Dieu puissant et miséricordieux, voilà une âme qui quitte son enveloppe terrestre pour retourner dans le monde des Esprits, sa véritable patrie ; puisse-t-elle y rentrer en paix et votre miséricorde s’étendre sur elle.

2 Bons Esprits qui l’avez accompagnée sur la terre, ne l’abandonnez pas à ce moment suprême ; donnez-lui la force de supporter les dernières souffrances qu’elle doit endurer ici-bas pour son avancement futur ; inspirez-la pour qu’elle consacre au repentir de ses fautes les dernières lueurs d’intelligence qui lui restent, ou qui pourraient momentanément lui revenir.

3 Dirigez ma pensée, afin que son action rende moins pénible le travail de la séparation, et qu’elle porte dans son âme, au moment de quitter la terre, les consolations de l’espérance.



Il y a une image de ce chapitre dans le service Google - Recherche de livres (Quatrième édition - 1868).


.

Ouvrir