Testament Kardecien - L’Évangile - Chapitre 10 - BIENHEUREUX CEUX QUI SONT MISÉRICORDIEUX

Bible du Chemin Testament Kardecien ©

L’Évangile

 <<< 


Chapitre X


BIENHEUREUX CEUX QUI SONT MISÉRICORDIEUX

Pardonnez pour que Dieu vous pardonne. (1-4) — S’accorder avec ses adversaires. (5, 6) — Le sacrifice le plus agréable à Dieu. (7, 8) — La paille et la poutre dans l’œil. (9, 10) — Ne jugez pas afin que vous ne soyez pas jugés. Que celui qui est sans péché lui jette la première pierre. (11-13) — Instructions des Esprits : Pardon des offenses. (14, 15) — L’indulgence. (16-18) — Est-il permis de reprendre les autres ; (19) d’observer les imperfections d’autrui ; (20) de divulguer le mal d’autrui ? (21)


Pardonnez pour que Dieu vous pardonne.


1 Bienheureux ceux qui sont miséricordieux, parce qu’ils obtiendront eux-mêmes miséricorde. (Saint Matthieu, ch. V, v. 7.)


2 Si vous pardonnez aux hommes les fautes qu’ils font contre vous, votre Père céleste vous pardonnera aussi vos péchés ; — mais si vous ne pardonnez point aux hommes lorsqu’ils vous ont offensés, votre Père ne vous pardonnera point non plus vos péchés. (Id., ch. VI, v. 14, 15.)


3 Si votre frère a péché contre vous, allez lui représenter sa faute en particulier, entre vous et lui ; s’il vous écoute, vous aurez gagné votre frère. — Alors Pierre s’approchant lui dit : Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère lorsqu’il aura péché contre moi ? Sera-ce jusqu’à sept fois ? — Jésus lui répondit : Je ne vous dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à septante fois sept fois. (Id., ch. XVIII, v. 15, 21, 22.)


4 La miséricorde est le complément de la douceur ; car celui qui n’est pas miséricordieux ne saurait être doux et pacifique ; 2 elle consiste dans l’oubli et le pardon des offenses. 3 La haine et la rancune dénotent une âme sans élévation ni grandeur ; 4 l’oubli des offenses est le propre de l’âme élevée qui est au-dessus des atteintes qu’on peut lui porter ; 5 l’une est toujours anxieuse, d’une susceptibilité ombrageuse et pleine de fiel ; l’autre est calme, pleine de mansuétude et de charité.

6 Malheur à celui qui dit : Je ne pardonnerai jamais, car s’il n’est pas condamné par les hommes, il le sera certainement par Dieu ;  7 de quel droit réclamerait-il le pardon de ses propres fautes si lui-même ne pardonne pas celles des autres ? 8 Jésus nous enseigne que la miséricorde ne doit pas avoir de limites, quand il dit de pardonner à son frère, non pas sept fois, mais septante fois sept fois.

9 Mais il y a deux manières bien différentes de pardonner : 10 l’une grande, noble, vraiment généreuse, sans arrière-pensée, qui ménage avec délicatesse l’amour-propre et la susceptibilité de l’adversaire, ce dernier eût-il même tous les torts ; 11 la seconde par laquelle l’offensé, ou celui qui croit l’être, impose à l’autre des conditions humiliantes, et fait sentir le poids d’un pardon qui irrite au lieu de calmer ; s’il tend la main, ce n’est pas avec bienveillance, mais avec ostentation afin de pouvoir dire à tout le monde : Voyez combien je suis généreux ! Dans de telles circonstances, il est impossible que la réconciliation soit sincère de part et d’autre. Non, ce n’est pas là de la générosité, c’est une manière de satisfaire l’orgueil. 12 Dans toute contestation, celui qui se montre le plus conciliant, qui prouve le plus de désintéressement, de charité et de véritable grandeur d’âme se conciliera toujours la sympathie des gens impartiaux.


S’accorder avec ses adversaires.


5 Accordez-vous au plus tôt avec votre adversaire pendant que vous êtes en chemin avec lui, de peur que votre adversaire ne vous livre au juge, et que le juge ne vous livre au ministre de la justice, et que vous ne soyez mis en prison. — Je vous dis, en vérité, que vous ne sortirez point de là que vous n’ayez payé jusqu’à la dernière obole. (Saint Matthieu, ch. V, v. 25, 26.)


6 Il y a dans la pratique du pardon, et dans celle du bien en général, plus qu’un effet moral, il y a aussi un effet matériel. 2 La mort, on le sait, ne nous délivre pas de nos ennemis ; 3 les Esprits vindicatifs poursuivent souvent de leur haine, au-delà de la tombe, ceux contre lesquels ils ont conservé de la rancune ; c’est pourquoi le proverbe qui dit : « Morte la bête, mort le venin, » est faux quand on l’applique à l’homme. 4 L’Esprit mauvais attend que celui à qui il veut du mal soit enchaîné à son corps et moins libre, pour le tourmenter plus facilement, l’atteindre dans ses intérêts ou dans ses affections les plus chères. 5 Il faut voir dans ce fait la cause de la plupart des cas d’obsession, de ceux surtout qui présentent une certaine gravité, comme la subjugation et la possession. 6 L’obsédé et le possédé sont donc presque toujours victimes d’une vengeance antérieure, à laquelle ils ont probablement donné lieu par leur conduite. Dieu le permet pour les punir du mal qu’ils ont fait eux-mêmes, ou, s’ils n’en ont pas fait, pour avoir manqué d’indulgence et de charité en ne pardonnant pas. 7 Il importe donc, au point de vue de sa tranquillité future, de réparer au plus tôt les torts que l’on a eus envers son prochain, de pardonner à ses ennemis, afin d’éteindre, avant de mourir, tout sujet de dissensions, toute cause fondée d’animosité ultérieure ; 8 par ce moyen, d’un ennemi acharné en ce monde, on peut se faire un ami dans l’autre ; tout au moins on met le bon droit de son côté, et Dieu ne laisse pas celui qui a pardonné en butte à la vengeance. 9 Quand Jésus recommande de s’arranger au plus tôt avec son adversaire, ce n’est pas seulement en vue d’apaiser les discordes pendant l’existence actuelle, mais d’éviter qu’elles ne se perpétuent dans les existences futures. Vous ne sortirez point de là, dit-il, que vous n’ayez payé jusqu’à la dernière obole, c’est-à-dire satisfait complètement à la justice de Dieu.


Le sacrifice le plus agréable à Dieu.


7 Si donc, lorsque vous présentez votre offrande à l’autel, vous vous souvenez que votre frère a quelque chose contre vous, — laissez là votre don au pied de l’autel, et allez vous réconcilier auparavant avec votre frère, et puis vous reviendrez offrir votre don. (Saint Matthieu, ch. V, v. 23, 24.)


8 Lorsque Jésus dit : « Allez vous réconcilier avec votre frère avant de présenter votre offrande à l’autel, » il enseigne que le sacrifice le plus agréable au Seigneur est celui de son propre ressentiment ; 2 qu’avant de se présenter à lui pour être pardonné, il faut avoir soi-même pardonné, et que si l’on a un tort envers un de ses frères, il faut l’avoir réparé ; alors seulement l’offrande sera agréée, parce qu’elle viendra d’un cœur pur de toute mauvaise pensée. 3 Il matérialise ce précepte, parce que les Juifs offraient des sacrifices matériels ; il devait conformer ses paroles à leurs usages. 4 Le chrétien n’offre pas de dons matériels ; il a spiritualisé le sacrifice, mais le précepte n’en a que plus de force ; 5 il offre son âme à Dieu, et cette âme doit être purifiée ; 6 en entrant dans le temple du Seigneur, il doit laisser en dehors tout sentiment de haine et d’animosité, toute mauvaise pensée contre son frère ; alors seulement sa prière sera portée par les anges aux pieds de l’Eternel. 7 Voilà ce qu’enseigne Jésus par ces paroles : Laissez votre offrande au pied de l’autel, et allez d’abord vous réconcilier avec votre frère, si vous voulez être agréable au Seigneur.


La paille et la poutre dans l’œil.


9 Pourquoi voyez-vous une paille dans lœil de votre frère, vous qui ne voyez pas une poutre dans votre œil ? — Ou comment dites-vous à votre frère : Laissez-moi tirer une paille de votre œil, vous qui avez une poutre dans le vôtre ? — Hypocrites, ôtez premièrement la poutre de votre œil, et alors vous verrez comment vous pourrez tirer la paille de l’œil de votre frère. (Saint Matthieu, ch. VII, v. 3, 4, 5.)


10 Un des travers de l’humanité, c’est de voir le mal d’autrui avant de voir celui qui est en nous. 2 Pour se juger soi-même, il faudrait pouvoir se regarder dans un miroir, se transporter en quelque sorte en dehors de soi, et se considérer comme une autre personne, en se demandant : Que penserais-je si je voyais quelqu’un faire ce que je fais ? 3 C’est incontestablement l’orgueil qui porte l’homme à se dissimuler ses propres défauts, au moral comme au physique. 4 Ce travers est essentiellement contraire à la charité, car la vraie charité est modeste, simple et indulgente ; 5 la charité orgueilleuse est un non-sens, puisque ces deux sentiments se neutralisent l’un l’autre. 6 Comment, en effet, un homme assez vain pour croire à l’importance de sa personnalité et à la suprématie de ses qualités, peut-il avoir en même temps assez d’abnégation pour faire ressortir, dans autrui, le bien qui pourrait l’éclipser, au lieu du mal qui pourrait le rehausser ? 7 Si l’orgueil est le père de beaucoup de vices, il est aussi la négation de beaucoup de vertus ; 8 on le retrouve au fond et comme mobile de presque toutes les actions. 9 C’est pourquoi Jésus s’est attaché à le combattre comme le principal obstacle au progrès.


Ne jugez pas afin que vous ne soyez pas jugés. Que celui qui est sans péché lui jette la première pierre.


11 Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés ; — car vous serez jugés selon que vous aurez jugé les autres ; et on se servira envers vous de la même mesure dont vous vous serez servis envers eux. (Saint Matthieu, ch. VII, v. 1, 2.)


12 Alors les Scribes et les Pharisiens lui amenèrent une femme qui avait été surprise en adultère, et la faisant tenir debout au milieu du peuple, — ils dirent à Jésus : Maître, cette femme vient d’être surprise en adultère ; or, Moïse nous ordonne dans la loi de lapider les adultères. Quel est donc sur cela votre sentiment ? — Ils disaient ceci en le tentant, afin d’avoir de quoi l’accuser. Mais Jésus, se baissant, écrivit avec son doigt sur la terre. — Comme ils continuaient à l’interroger, il se leva, et leur dit : Que celui d’entre vous qui est sans péché lui jette la première pierre. — Puis se baissant de nouveau, il continua à écrire sur la terre. — Mais pour eux, l’ayant entendu parler de la sorte, ils se retirèrent l’un après l’autre, les vieillards sortant les premiers ; et ainsi Jésus demeura seul avec la femme, qui était au milieu de la place.

Alors Jésus, se relevant, lui dit : Femme, où sont vos accusateurs ? Personne ne vous a-t-il condamnée ? — Elle lui dit : Non, Seigneur. Jésus lui répondit : Je ne vous condamnerai pas non plus. Allez-vous-en, et à l’avenir ne péchez plus. (Saint Jean, ch. VIII, v. de 3 à 11.)


13 « Que celui qui est sans péché lui jette la première pierre, » a dit Jésus. Cette maxime nous fait un devoir de l’indulgence, parce qu’il n’est personne qui n’en ait besoin pour son propre compte. 2 Elle nous apprend que nous ne devons pas juger les autres plus sévèrement que nous ne nous jugeons nous-mêmes, 3 ni condamner en autrui ce que nous excusons en nous. 4 Avant de reprocher une faute à quelqu’un, voyons si le même blâme ne peut retomber sur nous.

5 Le blâme jeté sur la conduite d’autrui peut avoir deux mobiles : réprimer le mal, ou discréditer la personne dont on critique les actes ; ce dernier motif n’a jamais d’excuse, car c’est de la médisance et de la méchanceté. Le premier peut être louable, et devient même un devoir dans certains cas, puisqu’il en doit résulter un bien, et que sans cela le mal ne serait jamais réprimé dans la société ; 6 l’homme, d’ailleurs, ne doit-il pas aider au progrès de son semblable ? Il ne faudrait donc pas prendre dans le sens absolu ce principe : « Ne jugez pas, si vous ne voulez pas être jugé », car la lettre tue, et l’esprit vivifie.

7 Jésus ne pouvait défendre de blâmer ce qui est mal, puisque lui-même nous en a donné l’exemple, et l’a fait en termes énergiques ; mais il a voulu dire que l’autorité du blâme est en raison de l’autorité morale de celui qui le prononce ; 8 se rendre coupable de ce que l’on condamne en autrui, c’est abdiquer cette autorité ; c’est de plus s’enlever le droit de répression. 9 La conscience intime, du reste, refuse tout respect et toute soumission volontaire à celui qui, étant investi d’un pouvoir quelconque, viole les lois et les principes qu’il est chargé d’appliquer. 10 Il ny a dautorité légitime aux yeux de Dieu, que celle qui sappuie sur lexemple quelle donne du bien ; c’est ce qui ressort également des paroles de Jésus.


INSTRUCTIONS DES ESPRITS

Pardon des offenses.


14 Combien de fois pardonnerai-je à mon frère ? Vous lui pardonnerez non pas sept fois, mais septante fois sept fois. Voilà une de ces paroles de Jésus qui doivent frapper le plus votre intelligence et parler le plus haut à votre cœur. 2 Rapprochez ces paroles de miséricorde de l’oraison si simple, si résumée et si grande dans ses aspirations que Jésus donne à ses disciples, et vous trouverez toujours la même pensée. Jésus, le juste par excellence, répond à Pierre : Tu pardonneras, mais sans limites ; tu pardonneras chaque offense aussi souvent que l’offense te sera faite ; 3 tu enseigneras à tes frères cet oubli de soi-même qui rend invulnérable contre l’attaque, les mauvais procédés et les injures ; 4 tu seras doux et humble de cœur, ne mesurant jamais ta mansuétude ; 5 tu feras enfin ce que tu désires que le Père céleste fasse pour toi ; n’a-t-il pas à te pardonner souvent, et compte-t-il le nombre de fois que son pardon descend effacer tes fautes ?

6 Ecoutez donc cette réponse de Jésus, et, comme Pierre, appliquez-la à vous-mêmes ; pardonnez, usez d’indulgence, soyez charitables, généreux, prodigues même de votre amour. 7 Donnez, car le Seigneur vous rendra ; pardonnez, car le Seigneur vous pardonnera ; abaissez-vous, car le Seigneur vous relèvera ; humiliez-vous, car le Seigneur vous fera asseoir à sa droite.

8 Allez, mes bien-aimés, étudiez et commentez ces paroles que je vous adresse de la part de Celui qui, du haut des splendeurs célestes, regarde toujours vers vous, et continue avec amour la tâche ingrate qu’il a commencée il y a dix-huit siècles. 9 Pardonnez donc à vos frères comme vous avez besoin qu’on vous pardonne à vous-mêmes. Si leurs actes vous ont été personnellement préjudiciables, c’est un motif de plus pour être indulgents, car le mérite du pardon est proportionné à la gravité du mal ; 10 il n’y en aurait aucun à passer sur les torts de vos frères, s’ils ne vous avaient fait que des blessures légères.

11 Spirites, n’oubliez jamais qu’en paroles, comme en actions, le pardon des injures ne doit pas être un vain mot. Si vous vous dites spirites, soyez-le donc ; oubliez le mal qu’on a pu vous faire, et ne pensez qu’à une chose : le bien que vous pouvez rendre. 12 Celui qui est entré dans cette voie ne s’en doit point écarter même par la pensée, car vous êtes responsables de vos pensées que Dieu connaît. 13 Faites donc qu’elles soient dépouillées de tout sentiment de rancune ; Dieu sait ce qui demeure au fond du cœur de chacun. Heureux donc celui qui peut chaque soir sendormir en disant : Je nai rien contre mon prochain. (SIMEON. Bordeaux, 1862.)


15 Pardonner à ses ennemis, c’est demander pardon pour soi-même ; 2 pardonner à ses amis, c’est leur donner une preuve d’amitié ; 3 pardonner les offenses, c’est montrer qu’on devient meilleur. Pardonnez donc, mes amis, afin que Dieu vous pardonne, car si vous êtes durs, exigeants, inflexibles, si vous tenez rigueur même pour une légère offense, comment voulez-vous que Dieu oublie que chaque jour vous avez le plus grand besoin d’indulgence ? 4 Oh ! malheur à celui qui dit : « Je ne pardonnerai jamais, » car il prononce sa propre condamnation. 5 Qui sait, d’ailleurs, si, en descendant en vous-même, vous n’avez pas été l’agresseur ? Qui sait si, dans cette lutte qui commence par un coup d’épingle et finit par une rupture, vous n’avez pas commencé à porter le premier coup ? si une parole blessante ne vous est pas échappée ? si vous avez usé de toute la modération nécessaire ? 6 Sans doute votre adversaire a tort de se montrer trop susceptible, mais c’est une raison pour vous d’être indulgent et de ne pas mériter le reproche que vous lui adressez. 7 Admettons que vous ayez été réellement l’offensé dans une circonstance, qui dit que vous n’avez pas envenimé la chose par des représailles, et que vous n’avez pas fait dégénérer en querelle sérieuse ce qui aurait pu facilement tomber dans l’oubli ? S’il dépendait de vous d’en empêcher les suites, et si vous ne l’avez pas fait, vous êtes coupable. 8 Admettons enfin que vous n’ayez absolument aucun reproche à vous faire, vous n’en aurez que plus de mérite à vous montrer clément.

9 Mais il y a deux manières bien différentes de pardonner : il y a le pardon des lèvres et le pardon du cœur. 10 Bien des gens disent de leur adversaire : « Je lui pardonne, » tandis qu’intérieurement ils éprouvent un secret plaisir du mal qui lui arrive, disant en eux-mêmes qu’il n’a que ce qu’il mérite. 11 Combien disent : « Je pardonne » et qui ajoutent : « mais je ne me réconcilierai jamais ; je ne le reverrai de ma vie. » Est-ce là le pardon selon l’Evangile ? 12 Non ; le véritable pardon, le pardon chrétien, est celui qui jette un voile sur le passé ; c’est le seul dont il vous sera tenu compte, car Dieu ne se contente pas de l’apparence : il sonde le fond des cœurs et les plus secrètes pensées ; on ne lui en impose pas par des paroles et de vains simulacres. 13 L’oubli complet et absolu des offenses est le propre des grandes âmes ; la rancune est toujours un signe d’abaissement et d’infériorité. 14 N’oubliez pas que le vrai pardon se reconnaît aux actes bien plus qu’aux paroles. (PAUL apôtre. Lyon, 1861.)


L’indulgence.


16 Spirites, nous voulons vous parler aujourd’hui de l’indulgence, ce sentiment si doux, si fraternel que tout homme doit avoir pour ses frères, mais dont bien peu font usage.

2 L’indulgence ne voit point les défauts d’autrui, ou si elle les voit, elle se garde d’en parler, de les colporter ; 3 elle les cache au contraire, afin qu’ils ne soient connus que d’elle seule, et si la malveillance les découvre, elle a toujours une excuse prête pour les pallier, c’est-à-dire une excuse plausible, sérieuse, et rien de celles qui ayant l’air d’atténuer la faute la font ressortir avec une perfide adresse.

4 L’indulgence ne s’occupe jamais des actes mauvais d’autrui, à moins que ce ne soit pour rendre un service, encore a-t-elle soin de les atténuer autant que possible. 5 Elle ne fait point d’observation choquante, n’a point de reproches aux lèvres, mais seulement des conseils, le plus souvent voilés. 6 Quand vous jetez la critique, quelle conséquence doit-on tirer de vos paroles ? c’est que vous, qui blâmez, n’auriez pas fait ce que vous reprochez, c’est que vous valez mieux que le coupable. 7 O hommes ! quand donc jugerez-vous vos propres cœurs, vos propres pensées, vos propres actes, sans vous occuper de ce que font vos frères ? Quand n’ouvrirez-vous vos yeux sévères que sur vous-mêmes ?

8 Soyez donc sévères envers vous, indulgents envers les autres. 9 Songez à celui qui juge en dernier ressort, qui voit les secrètes pensées de chaque cœur, et qui, par conséquent, excuse souvent les fautes que vous blâmez, ou condamne ce que vous excusez, parce qu’il connaît le mobile de tous les actes, 10 et que vous, qui criez si haut : anathème ! auriez peut-être commis des fautes plus graves.

11 Soyez indulgents, mes amis, car l’indulgence attire, calme, redresse, tandis que la rigueur décourage, éloigne et irrite. (JOSEPH, Esp. protect. Bordeaux, 1863.)


17 Soyez indulgents pour les fautes d’autrui, quelles qu’elles soient ; 2 ne jugez avec sévérité que vos propres actions, et le Seigneur usera d’indulgence envers vous, comme vous en aurez usé envers les autres.

3 Soutenez les forts : encouragez-les à la persévérance ; 4 fortifiez les faibles en leur montrant la bonté de Dieu qui compte le moindre repentir ; montrez à tous l’ange de la repentance étendant son aile blanche sur les fautes des humains, et les voilant ainsi aux yeux de celui qui ne peut voir ce qui est impur. 5 Comprenez tous la miséricorde infinie de votre Père, et n’oubliez jamais de lui dire par votre pensée et surtout par vos actes : « Pardonnez-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. » Comprenez bien la valeur de ces sublimes paroles ; la lettre n’en est pas seule admirable, mais aussi l’enseignement qu’elle renferme.

6 Que demandez-vous au Seigneur en lui demandant votre pardon ? Est-ce seulement l’oubli de vos offenses ? oubli qui vous laisse dans le néant, car si Dieu se contente d’oublier vos fautes, il ne punit pas, mais non plus il ne récompense pas. 7 La récompense ne peut être le prix du bien que l’on n’a pas fait, et encore moins du mal que l’on a fait, ce mal fût-il oublié ? 8 En lui demandant pardon de vos transgressions, vous lui demandez la faveur de ses grâces pour n’y plus retomber ; la force nécessaire pour entrer dans une voie nouvelle, voie de soumission et d’amour dans laquelle vous pourrez ajouter la réparation au repentir.

9 Quand vous pardonnez à vos frères, ne vous contentez pas d’étendre le voile de l’oubli sur leurs fautes ; ce voile est souvent bien transparent à vos yeux ; apportez-leur l’amour en même temps que le pardon ; 10 faites pour eux ce que vous demanderez à votre Père céleste de faire pour vous. 11 Remplacez la colère qui souille par l’amour qui purifie. 12 d’exemple cette charité active, infatigable, que Jésus vous a enseignée ; prêchez-la comme il le fit lui-même tout le temps qu’il vécut sur la terre visible aux yeux du corps, et comme il la prêche encore sans cesse depuis qu’il n’est plus visible qu’aux yeux de l’esprit. 13 Suivez ce divin modèle ; marchez sur ses traces : elles vous conduiront au lieu de refuge où vous trouverez le repos après la lutte. Comme lui, chargez-vous tous de votre croix, et gravissez péniblement, mais courageusement votre calvaire : au sommet est la glorification. (JEAN, év. de Bordeaux, 1862.)


18 Chers amis, soyez sévères pour vous-mêmes, indulgents pour les faiblesses des autres ; c’est encore une pratique de la sainte charité que bien peu de personnes observent. 2 Tous vous avez de mauvais penchants à vaincre, des défauts à corriger, des habitudes à modifier ; tous vous avez un fardeau plus ou moins lourd à déposer pour gravir le sommet de la montagne du progrès. Pourquoi donc être si clairvoyants pour le prochain et si aveugles pour vous-mêmes ? Quand donc cesserez-vous d’apercevoir dans l’œil de votre frère le fétu de paille qui le blesse, sans regarder dans le vôtre la poutre qui vous aveugle et vous fait marcher de chute en chute ? 3 Croyez-en vos frères les Esprits : Tout homme assez orgueilleux pour se croire supérieur en vertu et en mérite à ses frères incarnés est insensé et coupable, et Dieu le châtiera au jour de sa justice. 4 Le véritable caractère de la charité est la modestie et l’humilité qui consistent à ne voir que superficiellement les défauts d’autrui pour s’attacher à faire valoir ce qu’il y en a lui de bon et de vertueux ; car si le cœur humain est un abîme de corruption, il existe toujours dans quelques-uns de ses replis les plus cachés le germe de quelques bons sentiments, étincelle vivace de l’essence spirituelle.

5 Spiritisme, doctrine consolante et bénie, heureux ceux qui te connaissent et qui mettent à profit les salutaires enseignements des Esprits du Seigneur ! Pour eux, la voie est éclairée, et tout le long de la route ils peuvent lire ces mots qui leur indiquent le moyen d’arriver au but : charité pratique, charité de cœur, charité pour le prochain comme pour soi-même ; 6 en un mot, charité pour tous et amour de Dieu par-dessus toute chose, 7 parce que l’amour de Dieu résume tous les devoirs, et qu’il est impossible d’aimer réellement Dieu sans pratiquer la charité dont il fait une loi à toutes ses créatures (DUFÊTRE, évêque de Nevers. Bordeaux.)


[Est-il permis de reprendre les autres ?]


19 Personne nétant parfait, sensuit-il que personne na le droit de reprendre son voisin ?

1 Assurément non, puisque chacun de vous doit travailler au progrès de tous, et surtout de ceux dont la tutelle vous est confiée ; mais c’est une raison de le faire avec modération, dans un but utile, et, non, comme on le fait la plupart du temps, pour le plaisir de dénigrer. Dans ce dernier cas, le blâme est une méchanceté ; dans le premier, c’est un devoir que la charité commande d’accomplir avec tous les ménagements possibles ; 2 et encore le blâme qu’on jette sur autrui, doit-on en même temps se l’adresser à soi-même et se demander si on ne le mérite pas. (SAINT LOUIS. Paris, 1860.)


[D’observer les imperfections d’autrui ?]


20 Est-on répréhensible d’observer les imperfections des autres, lorsqu’il n’en peut résulter aucun profit pour eux, et alors qu’on ne les divulgue pas ?

1 Tout dépend de l’intention ; 2 certainement il n’est pas défendu de voir le mal, quand le mal existe ; il y aurait même de l’inconvénient à ne voir partout que le bien : cette illusion nuirait au progrès. 3 Le tort est de faire tourner cette observation au détriment du prochain, en le décriant sans nécessité dans l’opinion. 4 On serait encore répréhensible de ne le faire que pour s’y complaire soi-même avec un sentiment de malveillance et de joie de trouver les autres en défaut. 5 Il en est tout autrement lorsque, jetant un voile sur le mal pour le public, on se borne à l’observer pour en faire son profit personnel, c’est-à-dire pour s’étudier à éviter ce qu’on blâme dans les autres. 6 Cette observation, d’ailleurs, n’est-elle pas utile au moraliste ? Comment peindrait-il les travers de l’humanité s’il n’étudiait pas les modèles ? (SAINT LOUIS. Paris, 1860.)


[De divulguer le mal d’autrui ?]


21 Est-il des cas où il soit utile de dévoiler le mal en autrui ?

1 Cette question est très délicate, et c’est ici qu’il faut faire appel à la charité bien comprise. 2 Si les imperfections d’une personne ne nuisent qu’à elle-même, il n’y a jamais utilité à les faire connaître ; 3 mais si elles peuvent porter préjudice à d’autres, il faut préférer l’intérêt du plus grand nombre à l’intérêt d’un seul. 4 Suivant les circonstances, démasquer l’hypocrisie et le mensonge peut être un devoir ; car il vaut mieux qu’un homme tombe que si plusieurs deviennent ses dupes ou ses victimes. En pareil cas, il faut peser la somme des avantages et des inconvénients. (SAINT LOUIS. Paris, 1860.)



Il y a une image de ce chapitre dans le service Google - Recherche de livres (Quatrième édition - 1868).


.

Ouvrir