Testament Kardecien - L’Évangile - Chapitre 2 - MON ROYAUME N’EST PAS DE CE MONDE

Bible du Chemin Testament Kardecien ©

L’Évangile

 <<< 


Chapitre II


MON ROYAUME N’EST PAS DE CE MONDE

     La vie future. (2, 3) — La royauté de Jésus. (4) — Le point de vue. (5-7) — Instructions des Esprits : Une royauté terrestre. (8)


1 Pilate, étant donc rentré dans le palais, et ayant fait venir Jésus, lui dit : Etes-vous le roi des Juifs ? — Jésus lui répondit : Mon royaume n’est pas de ce monde. Si mon royaume était de ce monde, mes gens auraient combattu pour m’empêcher de tomber dans les mains des Juifs ; mais mon royaume n’est point ici.

Pilate lui dit alors : Vous êtes donc roi ? — Jésus lui repartit : Vous le dites ; je suis roi ; je ne suis né, et ne suis venu dans ce monde que pour rendre témoignage à la vérité ; quiconque appartient à la vérité écoute ma voix. (Saint Jean, chap. XVIII, v. 33, 36, 37.)


La vie future.


2 Par ces paroles, Jésus désigne clairement la vie future, qu’il présente en toutes circonstances comme le terme où aboutit l’humanité, et comme devant faire l’objet des principales préoccupations de l’homme sur la terre ; 2 toutes ses maximes se rapportent à ce grand principe. Sans la vie future, en effet, la plupart de ses préceptes de morale n’auraient aucune raison d’être ; c’est pourquoi ceux qui ne croient pas à la vie future se figurant qu’il ne parle que de la vie présente, ne les comprennent pas, ou les trouvent puériles.

3 Ce dogme peut donc être considéré comme le pivot de l’enseignement du Christ ; c’est pourquoi il est placé un des premiers en tête de cet ouvrage, parce qu’il doit être le point de mire de tous les hommes ; seul il peut justifier les anomalies de la vie terrestre et s’accorder avec la justice de Dieu.


3 Les Juifs n’avaient que des idées très incertaines touchant la vie future ; ils croyaient aux anges, qu’ils regardaient comme les êtres privilégiés de la création, mais ils ne savaient pas que les hommes pussent devenir un jour des anges et partager leur félicité. 2 Selon eux, l’observation des lois de Dieu était récompensée par les biens de la terre, la suprématie de leur nation, les victoires sur leurs ennemis ; les calamités publiques et les défaites étaient le châtiment de leur désobéissance.. 3 Moïse ne pouvait en dire davantage à un peuple pasteur ignorant, qui devait être touché avant tout par les choses de ce monde. Plus tard Jésus est venu leur révéler qu’il est un autre monde où la justice de Dieu suit son cours ; 4 c’est ce monde qu’il promet à ceux qui observent les commandements de Dieu, et où les bons trouveront leur récompense ; ce monde est son royaume ; c’est là qu’il est dans toute sa gloire, et où il va retourner en quittant la terre.

5 Cependant Jésus, conformant son enseignement à l’état des hommes de son époque, n’a pas cru devoir leur donner une lumière complète qui les eût éblouis sans les éclairer, parce qu’ils ne l’auraient pas comprise ; il s’est borné à poser en quelque sorte la vie future en principe, comme une loi de nature à laquelle nul ne peut échapper. 6 Tout chrétien croit donc forcément à la vie future ; mais l’idée que beaucoup s’en font est vague, incomplète, et par cela même fausse en plusieurs points ; pour un grand nombre, ce n’est qu’une croyance sans certitude absolue ; de là les doutes et même l’incrédulité.

7 Le Spiritisme est venu compléter en ce point, comme en beaucoup d’autres, l’enseignement du Christ, lorsque les hommes ont été mûrs pour comprendre la vérité. 8 Avec le Spiritisme, la vie future n’est plus un simple article de foi, une hypothèse ; c’est une réalité matérielle démontrée par les faits, car ce sont les témoins oculaires qui viennent la décrire dans toutes ses phases et dans toutes ses péripéties ; de telle sorte que non seulement le doute n’est plus possible, mais l’intelligence la plus vulgaire peut se la représenter sous son véritable aspect, comme on se représente un pays dont on lit une description détaillée ;9 or, cette description de la vie future est tellement circonstanciée, les conditions d’existence heureuse ou malheureuse de ceux qui s’y trouvent sont si rationnelles, qu’on se dit malgré soi qu’il n’en peut être autrement, et que c’est bien là la vraie justice de Dieu.


La royauté de Jésus.


4 Le royaume de Jésus n’est pas de ce monde, c’est ce que chacun comprend ; mais sur la terre n’a-t-il pas aussi une royauté ? Le titre de roi n’implique pas toujours l’exercice du pouvoir temporel ; il est donné d’un consentement unanime à celui que son génie place au premier rang dans un ordre d’idées quelconques, qui domine son siècle, et influe sur le progrès de l’humanité. 2 C’est dans ce sens qu’on dit : Le roi ou le prince des philosophes, des artistes, des poètes, des écrivains, etc. Cette royauté, née du mérite personnel, consacrée par la postérité, n’a-t-elle pas souvent une prépondérance bien autrement grande que celle qui porte le diadème ? 3 Elle est impérissable, tandis que l’autre est le jouet des vicissitudes ; elle est toujours bénie des générations futures, tandis que l’autre est parfois maudite. 4 La royauté terrestre finit avec la vie ; la royauté morale gouverne encore, et surtout après la mort. 5 A ce titre Jésus n’est-il pas roi plus puissant que maints potentats ? C’est donc avec raison qu’il disait à Pilate : Je suis roi, mais mon royaume n’est pas de ce monde.


Le point de vue.


5 L’idée nette et précise qu’on se fait de la vie future donne une foi inébranlable dans l’avenir, et cette foi a des conséquences immenses sur la moralisation des hommes, en ce qu’elle change complètement le point de vue sous lequel ils envisagent la vie terrestre. 2 Pour celui qui se place, par la pensée, dans la vie spirituelle qui est indéfinie, la vie corporelle n’est plus qu’un passage, une courte station dans un pays ingrat. 3 Les vicissitudes et les tribulations de la vie ne sont plus que des incidents qu’il prend avec patience, parce qu’il sait qu’ils ne sont que de courte durée et doivent être suivis d’un état plus heureux ; 4 la mort n’a plus rien d’effrayant ; ce n’est plus la porte du néant, mais celle de la délivrance qui ouvre à l’exilé l’entrée d’un séjour de bonheur et de paix. 5 Sachant qu’il est dans une place temporaire et non définitive, il prend les soucis de la vie avec plus d’indifférence, et il en résulte pour lui un calme d’esprit qui en adoucit l’amertume.

6 Par le simple doute sur la vie future, l’homme reporte toutes ses pensées sur la vie terrestre ; incertain de l’avenir, il donne tout au présent ; 7 n’entrevoyant pas des biens plus précieux que ceux de la terre, il est comme l’enfant qui ne voit rien au-delà de ses jouets ; pour se les procurer, il n’est rien qu’il ne fasse ; 8 la perte du moindre de ses biens est un chagrin cuisant ; un mécompte, un espoir déçu, une ambition non satisfaite, une injustice dont il est victime, l’orgueil ou la vanité blessée sont autant de tourments qui font de sa vie une angoisse perpétuelle, se donnant ainsi volontairement une véritable torture de tous les instants. 9 Prenant son point de vue de la vie terrestre au centre de laquelle il est placé, tout prend autour de lui de vastes proportions ; le mal qui l’atteint, comme le bien qui incombe aux autres, tout acquiert à ses yeux une grande importance. 10 De même, à celui qui est dans l’intérieur d’une ville, tout paraît grand : les hommes qui sont en haut de l’échelle, comme les monuments ; mais qu’il se transporte sur une montagne, hommes et choses vont lui paraître bien petits.

11 Ainsi en est-il de celui qui envisage la vie terrestre du point de vue de la vie future : l’humanité, comme les étoiles du firmament, se perd dans l’immensité ; il s’aperçoit alors que grands et petits sont confondus comme les fourmis sur une motte de terre ; que prolétaires et potentats sont de la même taille, et il plaint ces éphémères qui se donnent tant de soucis pour y conquérir une place qui les élève si peu et qu’ils doivent garder si peu de temps. 12 C’est ainsi que l’importance attachée aux biens terrestres est toujours en raison inverse de la foi en la vie future.


6 Si tout le monde pensait de la sorte, dira-t-on, nul ne s’occupant plus des choses de la terre, tout y péricliterait. Non ; l’homme cherche instinctivement son bien-être, et, même avec la certitude de n’être que pour peu de temps à une place, encore veut-il y être le mieux ou le moins mal possible ; 2 il n’est personne qui, trouvant une épine sous sa main, ne l’ôte pour ne pas se piquer. Or, la recherche du bien-être force l’homme à améliorer toutes choses, poussé qu’il est par l’instinct du progrès et de la conservation, qui est dans les lois de la nature. 3 Il travaille donc par besoin, par goût et par devoir, et en cela il accomplit les vues de la Providence qui l’a placé sur la terre à cette fin. 4 Seulement celui qui considère l’avenir n’attache au présent qu’une importance relative, et se console aisément de ses échecs en pensant à la destinée qui l’attend.

5 Dieu ne condamne donc point les jouissances terrestres, mais l’abus de ces jouissances au préjudice des choses de l’âme ; 6 c’est contre cet abus que sont prémunis ceux qui s’appliquent cette parole de Jésus : Mon royaume n’est pas de ce monde.

7 Celui qui s’identifie avec la vie future est semblable à un homme riche qui perd une petite somme sans s’en émouvoir ; 8 celui qui concentre ses pensées sur la vie terrestre est comme un homme pauvre qui perd tout ce qu’il possède et se désespère.


7 Le Spiritisme élargit la pensée et lui ouvre de nouveaux horizons ; 2 au lieu de cette vue étroite et mesquine qui la concentre sur la vie présente, qui fait de l’instant qu’on passe sur la terre l’unique et fragile pivot de l’avenir éternel, il montre que cette vie n’est qu’un anneau dans l’ensemble harmonieux et grandiose de l’œuvre du Créateur ; 3 il montre la solidarité qui relie toutes les existences du même être, tous les êtres d’un même monde et les êtres de tous les mondes ; il donne ainsi une base et une raison d’être à la fraternité universelle, tandis que la doctrine de la création de l’âme au moment de la naissance de chaque corps, rend tous les êtres étrangers les uns aux autres. 4 Cette solidarité des parties d’un même tout explique ce qui est inexplicable, si l’on ne considère qu’un seul point. C’est cet ensemble qu’au temps du Christ les hommes n’auraient pu comprendre, c’est pourquoi il en a réservé la connaissance à d’autres temps.


INSTRUCTIONS DES ESPRITS

Une royauté terrestre.


8 Qui mieux que moi peut comprendre la vérité de cette parole de Notre-Seigneur : Mon royaume n’est pas de ce monde ? L’orgueil m’a perdue sur la terre ; qui donc comprendrait le néant des royaumes d’ici-bas, si je ne le comprenais pas ? 2 Qu’ai-je emporté avec moi de ma royauté terrestre ? Rien, absolument rien ; 3 et comme pour rendre la leçon plus terrible, elle ne m’a pas suivie jusqu’à la tombe ! Reine j’étais parmi les hommes, reine je croyais entrer dans le royaume des cieux. Quelle désillusion ! 4 quelle humiliation quand, au lieu d’y être reçue en souveraine, j’ai vu au-dessus de moi, mais bien au-dessus, des hommes que je croyais bien petits et que je méprisais, parce qu’ils n’étaient pas d’un noble sang ! 5 Oh ! qu’alors j’ai compris la stérilité des honneurs et des grandeurs que l’on recherche avec tant d’avidité sur la terre !

6 Pour se préparer une place dans ce royaume, il faut l’abnégation, l’humilité, la charité dans toute sa céleste pratique, la bienveillance pour tous ; 7 on ne vous demande pas ce que vous avez été, quel rang vous avez occupé, mais le bien que vous avez fait, les larmes que vous avez essuyées.

8 Oh ! Jésus, tu l’as dit, ton royaume n’est pas ici-bas, car il faut souffrir pour arriver au ciel, et les marches du trône ne vous en rapprochent pas ; ce sont les sentiers les plus pénibles de la vie qui y conduisent ; cherchez-en donc la route à travers les ronces et les épines, et non parmi les fleurs.

9 Les hommes courent après les biens terrestres comme s’ils devaient les garder toujours ; mais ici plus d’illusion ; ils s’aperçoivent bientôt qu’ils n’ont saisi qu’une ombre, et ont négligé les seuls biens solides et durables, les seuls qui leur profitent au céleste séjour, les seuls qui peuvent leur en ouvrir l’accès.

10 Ayez pitié de ceux qui n’ont pas gagné le royaume des cieux ; aidez-les de vos prières, car la prière rapproche l’homme du Très-Haut ; c’est le trait d’union entre le ciel et la terre : ne l’oubliez pas. (UNE REINE DE FRANCE. Le Havre, 1863.)



Il y a une image de ce chapitre dans le service Google - Recherche de livres (Quatrième édition - 1868).


.

Ouvrir